Ethical voting in various contexts of democracy: a contribution to the New Political Economy. - PASTEL - Thèses en ligne de ParisTech Access content directly
Theses Year : 2007

Ethical voting in various contexts of democracy: a contribution to the New Political Economy.

Le vote éthique dans différents contextes de démocratie: une contribution a la Nouvelle Economie Politique'.

Abstract

The New Political Economy1 is based on the postulate of homo politicus that Downs (1957) presents as the clone of homo oeconomicus, a rational agent mo- tivated by the maximisation of his material self-interest. Goodin and Roberts (1975) were the first to propose an alternative to the homo politicus postulate by introducing the notion of ‘ethical voter' 2. The ‘ethical voter' describes a rational agent who is not only motivated by the maximisation of his short term material self-interest but also by the promotion of what he considers as fair for the society as a whole. There have been so far only few attempts to model ‘ethical voting'. Most of them liken ‘ethical voting' to caring about the well-being of the worst-off when voting (see Snyder and Kramer (1988), Kranich (2001) and Galasso (2003)). Alesina and Angeletos (2005) constitute an exception. Following responsibility-based theories of justice, they assume that individuals share the conviction that one deserves the income on the basis of his skill and effort and that only luck creates unfair differences they are consequently willing to compensate. However, the ‘responsibility cut' (Dworkin (1981)) used by Alesina and Angeletos (2005) lacks justification, should one consider the theoretical literature on fair redistribution or the empirical literature on individual opinions on distributive justice. I propose to analyze ‘ethical voting' in a more comprehensive way. The thread of this work is a ‘fair utility function'. More precisely, I specify in paper 1 a ‘fair utility function' to model citizens' trade-off between their self-interest and some of their major concerns for fairness. Paper 2 and paper 3 rely on the ‘fair utility function' to study voting behavior over the (re)distribution of economic surpluses in different contexts of democracy4. In paper 2, my coauthor and I compute the politico-economic equilibrium that emerges when citizens are endowed with the ‘fair utility function'. We model the institutional setting of a typical Western democracy where political cleavages are mainly income-based. In paper 3, I estimate the ‘fair utility function'. I base my estimation on survey data that I collected in an ethnically polarized democracy where political cleavages are mainly ethnic-based. Paper 1 investigates whether concerns for fairness influence the aggregate out- come in real life interactions so that economic analysis should complete the postulate of homo economicus with the postulate of homo ethicus. I conduct a three-step analysis addressing the following research questions: • Which are the main concerns for fairness that individuals are able to show? • Do these concerns for fairness influence the aggregate outcome in the eco- nomic field? • Do these concerns for fairness influence the aggregate outcome in the po- litical field? Based on experimental evidence, I identify three main concerns for fairness likely to influence individual behaviors besides self-interest: utilitarian altru- ism, ‘Rawlsian' altruism and desert-sensitivity. Utilitarian altruism consists in maximizing the sum of all utilities. ‘Rawlsian' altruism consists in maximizing the utility of the worst-off. Desert-sensitivity consists in weighting one's con- cerns for fairness towards others, should they be utilitarian altruistic concerns or ‘Rawlsian' altruistic concerns, depending on these others' deservingness with respect to their responsibility characteristics. I find out that concerns for fairness have no impact on market aggregate out- comes, should I focus on markets involving complete contracts or on markets involving incomplete contracts. I provide evidence that concerns for fairness have a significant impact on po- litical aggregate outcomes. More particularly, concerns for fairness (utilitarian altruism, ‘Rawlsian' altruism, and desert-sensitivity) seem to express through citizens' position on a liberalism/conservatism scale which ultimately impacts their voting behavior. However, evidence also shows that ethnic prejudice, an unambiguously unfair motivation, constitutes a serious challenger to individual concerns for fairness, even in the Western democratic context where political parties are officially divided along income-based, not ethnic-based, lines. My findings suggest that economic theory in general (and the New Political Economy in particular) should pay more attention to the modelling of ethical voting behaviors to improve its explanatory and predictive power. I propose a provisional ‘fair utility function' to model citizens' trade-off between their self-interest and the three various concerns for fairness which are utilitarian altruism, ‘Rawlsian' altruism and desert-sensitivity. • Which is the politico-economic equilibrium emerging in a society where individuals are endowed with the ‘fair utility function'? We study a simple voting model where a unidimensional redistributive parame- ter is chosen by majority voting in a direct democracy where political cleavages are income-based. We allow for heterogeneities in productivities and preferences for consumption and leisure and incorporate the incentive effects of taxation. We show that in a society where altruistic preferences are desert-sensitive, (i) strictly lower levels of redistribution emerge in political equilibrium comparedto a society where altruistic preferences are not desert-sensitive and (ii) lower or equal levels of redistribution emerge in political equilibrium compared to a society where preferences for redistribution are purely egoistic. We then investigate the following research question: • Can our theoretical result help explain the differences between the Ameri- can and the European social contract? Using data from the International Social Survey Programme (ISSP) 1992 dataset, we provide empirical evidence that: (i) preferences for redistribution are not purely egoistic, (ii) desert-sensitivity induces lower support for redistribution and (iii) differences in desert-sensitivity hold between both continents, inducing lower support for redistribution among Americans compared to Europeans. We see two apparent explanations helping to understand why preferences for re- distribution are more desert-sensitive among individuals in the US than among individuals in Europe (see Alesina et al. (2001) and Alesina and Glaeser (2004) for an extensive discussion). First, the myth of the US being the ‘land of op- portunity' greatly entrenched its customs. Meanwhile, European perceptions are influenced by the historical (from medieval times till the nineteenth cen- tury) division of society into classes, where birth and nobility were the main determinants of wealth and success. Second, the American belief of undeserv- ingness of the poor may reflect racial prejudice against the black minority. Poor white voters might reduce their support for redistribution when they believe that poor black citizens also benefit from redistribution (see Luttmer (2001) for strong empirical evidence). Roemer et al. (2007) find out that marginal income taxes would have been much higher when racial prejudice would have been absent. They believe that racial prejudice is the major underlying factor explaining why in the US, while the past twenty years were characterized by a sharp rise in inequality, the effective marginal income taxes have fallen. • In an ethnically polarized country, does aversion towards inter-ethnic in- equity induce citizens to vote for a party promoting an equitable allocation of national resources among ethnic groups?5 or, in other words, Could ethical voting help reduce risks of conflict in ethnically polarized countries? Relying on data collected among students from Addis Ababa University, my answer is threefold. First, I show that aversion towards inter-ethnic inequity significantly lowers university students' temptation to vote for their ethnic party. This finding is encouraging. Under my initial assumption that the degree of ethical concerns of university students constitute an upper bound of the degree of ethical concerns of the average citizen, this finding indeed suggests that ethical concerns could also influence his voting behavior. In other words, nationwide civic education programmes could be a promising conflict-reducing strategy in ethnically po- larized countries. Finkel (2002, 2003) provides evidence that civic education programs have a significant impact on participants' ‘political tolerance', while his concept of ‘political tolerance' is close to our notion of ‘aversion towards inter-ethnic inequity'. Second, I find out that, though significant, the relative impact of ethical concerns is very small in comparison to the impact of ethnic group loyalty, an important determinant of ethnic voting. This finding is discouraging since it suggests that the relative impact of ethical concerns will be even lower across a more representative sample of the Ethiopian population. In other words, the ‘return' on nationwide civic education programmes in terms of switch from ethnic voting to ethical voting is expected to be low. Third, I analyse the sociodemographic determinants of university students' aver- sion towards inter-ethnic inequity and ethnic group loyalty. I provide confirma- tion that some specific sociodemographic characteristics significantly (i) increase the degree of aversion towards inter-ethnic inequity and (ii) lower ethnic group loyalty. Those characteristics have in common that they reduce the ‘psycholog- ical' distance between ethnic groups, like living in a cosmopolitan city and hav- ing parents belonging to different ethnic groups (see Atchade and Wantchekon (2006) for a first evidence). Besides, I find that ethnic group loyalty is par- ticularly strong among ethnic groups experiencing a severe level of grievance. Finally, evidence shows that aversion towards inter-ethnic inequity depends pos- itively on the income of the household in which the respondent grew up in.
La politique de la Nouvelle Economy1 est basée sur le postulat de l'homo politicus qui Downs (1957) présente comme le clone de l'homo oeconomicus, un agent rationnel mo- tivé par la maximisation de son intérêt matériel. Goodin et Roberts (1975) ont été les premiers à proposer une alternative à l'homo politicus postulat en introduisant la notion de «électeur éthique» 2. Le «éthiques des électeurs »désigne un agent rationnel qui n'est pas seulement motivé par la maximisation de son matériel à court terme l'intérêt mais aussi par la promotion de ce qu'il considère comme équitable pour la société dans son ensemble. Il ya eu jusqu'ici que peu de tentatives pour le modèle «vote éthique». La plupart d'entre eux vote éthiques assimiler »pour veiller au bien-être des plus démunis au moment de voter (Voir Snyder et Kramer (1988), Kranich (2001) et Galasso (2003)). Alesina et Angeletos (2005) constituent une exception. À la suite de la responsabilité fondée sur théories de la justice, ils supposent que les individus partagent la conviction que l'on mérite le revenu, sur la base de ses compétences et de l'effort et que la chance ne crée différences injustes, ils sont donc prêts à compenser. Toutefois, le «Couper la responsabilité» (Dworkin (1981)) utilisé par Alesina et Angeletos (2005) n'a pas justification, doit-on considérer la littérature théorique sur la redistribution équitable ou la littérature empirique sur les opinions individuelles sur la justice distributive. Je me propose d'analyser «vote éthique» d'une manière plus globale. Le fil de ce travail est une «fonction d'utilité équitable». Plus précisément, je précise en papier 1 une «fonction d'utilité équitable» au modèle des citoyens compromis entre leur intérêt personnel et certaines de leurs préoccupations majeures pour l'équité. Livre 2 et document 3 compter sur la «fonction d'utilité équitable» pour étudier le comportement des électeurs au cours de la (re) distribution des excédents économiques dans différents contextes de democracy4. Dans le document 2, mon coauteur et je calculer l'équilibre politico-économique qui émerge quand les citoyens sont dotés de la «fonction d'utilité équitable». Nous modélisons les institutionnels création d'une démocratie occidentale typique où les clivages politiques sont principalement fondée sur le revenu. Dans le document 3, je estimer la «fonction d'utilité équitable». Je me base estimation des données d'enquête que j'ai pu recueillir dans une démocratie ethniquement polarisés où les clivages politiques sont principalement fondées sur l'ethnie. Document 1 cherche à savoir si les préoccupations d'équité pour l'influence sur l'ensemble- viennent dans les interactions réelles de sorte que l'analyse économique devrait compléter le postulat de l'homo economicus avec le postulat de l'homo ETHICUS. -Je effectuer une analyse en trois étapes l'étude des questions suivantes: • Quelles sont les principales préoccupations d'équité que les individus sont en mesure de spectacle? • Ne ces préoccupations pour l'équité influence le résultat global de l'éco- domaine économique? • Ne ces préoccupations pour l'équité influence le résultat global de la po- litical domaine? Sur la base de données expérimentales, je identifier trois principales préoccupations pour l'équité susceptibles d'influencer les comportements individuels en plus de l'intérêt: utilitaire ALTRU- ISM, «l'altruisme rawlsienne et désert sensibilité. l'altruisme utilitariste consiste à maximiser la somme de tous les services publics. «Altruisme rawlsienne» consiste à maximiser l'utilité des plus démunis. Desert sensibilité consiste en un coefficient de con- préoccupations d'équité envers les autres, devraient-ils être utilitaires préoccupations altruistes ou «préoccupations altruistes rawlsienne», selon le caractère méritoire de ces autres avec fonction de leurs caractéristiques responsabilité. Je trouve que les préoccupations d'équité n'ont pas d'impact sur le marché global hors vient, dois-je mettre l'accent sur les marchés portant sur des contrats complets ou sur les marchés impliquant des contrats incomplets. Je fournis des éléments de preuve que les préoccupations d'équité ont un impact significatif sur le Po- litical résultats globaux. Plus particulièrement, les préoccupations d'équité (utilitaires l'altruisme, «l'altruisme rawlsienne», et le désert de sensibilité) semblent exprimer à travers citoyens position sur une échelle de libéralisme conservatisme qui a un impact à terme leur comportement de vote. Toutefois, la preuve montre également que les préjugés ethniques, une ambiguïté déloyale motivation, constitue un concurrent sérieux aux préoccupations individuelles pour l'équité, même dans le contexte occidental de démocratie où les partis politiques sont officiellement répartis le long de revenus, pas à base ethnique, des lignes. Mes résultats suggèrent que la théorie économique en général (et les nouveaux enjeux politiques Économie en particulier) devrait accorder plus d'attention à la modélisation de l'éthique les comportements de vote pour améliorer sa capacité explicative et prédictive. Je propose à titre provisoire «fonction d'utilité équitable» au modèle des citoyens compromis entre leurs l'intérêt et les trois différentes préoccupations d'équité qui sont utilitaires l'altruisme, «l'altruisme rawlsienne et désert sensibilité. • Quel est l'équilibre politico-économique émergent dans une société où les individus sont dotés de la «fonction d'utilité équitable»? Nous étudions un modèle simple de vote où une redistribution unidimensionnelle para- ter est choisi par vote à la majorité dans une démocratie directe où les clivages politiques sont fondées sur le revenu. Nous tenons compte de l'hétérogénéité dans les préférences et les productivités à la consommation et de loisirs et d'intégrer les effets incitatifs de la fiscalité. Nous montrons que dans une société où les préférences altruistes sont désertiques sensibles, (i) strictement niveaux inférieurs de la redistribution émerger dans comparedto équilibre politique d'une société où les préférences ne sont pas altruistes désert sensibles et (ii) inférieur à ou des niveaux équivalents de redistribution émerger dans l'équilibre politique par rapport à un société où les préférences pour la redistribution sont purement égoïstes. Nous avons ensuite étudier la question de recherche suivante: • Peut notre résultat théorique aider à expliquer les différences entre les Améri- peut et du contrat social européen? En utilisant les données de l'International Social Survey Programme (ISSP) 1992 dataset, nous fournir des preuves empiriques que: (i) les préférences pour la redistribution ne sont pas purement égoïste, (ii) du désert sensibilité induit support inférieur pour la redistribution et (iii) les différences dans le désert sensibilité tenir entre les deux continents, induisant support inférieur pour la redistribution entre les Américains contre les Européens. Nous voir deux explications apparentes aide à comprendre pourquoi les préférences pour les re- de distribution sont plus sensibles du désert entre les individus aux États-Unis que chez personnes en Europe (voir Alesina et al. (2001) et Alesina et Glaeser (2004) pour une discussion approfondie). Tout d'abord, le mythe des Etats-Unis étant le "pays de l'op- portunity «fortement enracinées ses coutumes. Pendant ce temps, les perceptions européennes sont influencés par les historiques (de l'époque médiévale jusqu'à la dix-neuvième de la CEN- siècle), une division de la société en classes, où la naissance et la noblesse ont été les principaux déterminants de la richesse et de succès. Deuxièmement, la croyance américaine de undeserv- disponibilité manifestée des pauvres peuvent refléter les préjugés raciaux contre la minorité noire. Pauvres électeurs blancs pourraient réduire leur soutien à la redistribution quand ils croient que les pauvres citoyens noirs aussi profiter de la redistribution (voir Luttmer (2001) pour de solides preuves empiriques). Roemer et al. (2007) constatent que marginal impôt sur le revenu aurait été beaucoup plus élevé lorsque les préjugés raciaux aurait été absent. Ils croient que les préjugés raciaux est le principal facteur qui sous-tendent expliquant pourquoi les États-Unis, tandis que les vingt dernières années ont été caractérisées par une forte hausse des inégalités, les impôts en vigueur du revenu marginal ont chuté. • Dans un pays ethniquement polarisés, ne aversion envers inter-ethniques en l'équité amener les citoyens à voter pour un parti de promouvoir une répartition équitable des ressources nationales entre les groupes ethniques? 5 ou, en d'autres termes, Pourriez vote éthiques aider à réduire les risques de conflit dans des environnements ethniquement polarisés pays? S'appuyant sur des données recueillies auprès des étudiants de l'Université d'Addis-Abeba, mon réponse est triple. Tout d'abord, je montre que l'aversion envers l'inégalité inter-ethniques réduit considérablement la tentation des étudiants universitaires à voter pour leur parti ethnique. Cette constatation est encourageant. Sous mon hypothèse de départ que le degré de préoccupations éthiques des étudiants constituent une limite supérieure du degré de préoccupations d'ordre éthique du citoyen moyen, cette constatation suggère en effet que les préoccupations éthiques pourraient également influer sur son comportement de vote. En d'autres termes, l'éducation civique à l'échelle nationale programmes pourraient être une stratégie prometteuse de réduction des conflits dans des environnements ethniquement po- tif pays. Finkel (2002, 2003) fournit la preuve que l'éducation civique programmes ont un impact significatif sur la tolérance des participants «politique», tandis que son concept de «tolérance politique» est proche de notre notion de «aversion envers l'inégalité inter-ethnique ». Deuxièmement, je trouve que, bien que significative, l'impact relatif des préoccupations d'ordre éthique est très faible par rapport à l'impact de la loyauté envers le groupe ethnique, un important facteur déterminant du vote ethnique. Ce résultat est décourageant, car elle suggère que l'impact relatif des préoccupations d'ordre éthique sera encore plus faible sur une plus échantillon représentatif de la population éthiopienne. En d'autres termes, le «retour» sur les programmes d'éducation civique à l'échelle nationale en termes de passage du vote ethnique au vote à l'éthique devrait être faible. Troisièmement, je analyser les déterminants socio-démographiques des étudiants de l'Université moyenne- sion vers l'inégalité inter-ethnique et loyauté envers le groupe ethnique. Je fournis des confir- tion que certaines caractéristiques socio-démographiques spécifiques de façon significative (i) augmenter le degré d'aversion pour l'inégalité inter-ethnique et (ii) inférieur à un groupe ethnique fidélité. Ces caractéristiques ont en commun qu'elles réduisent la «psycholo- iCal «distance entre les groupes ethniques, comme vivre dans une ville cosmopolite et HAV- ING parents appartenant à différents groupes ethniques (voir Atchade et Wantchekon (2006) pour une première preuve). D'ailleurs, je trouve que la fidélité groupe ethnique est par- particulièrement forte parmi les groupes ethniques connaît un niveau sévère de grief. Enfin, il est prouvé que l'aversion envers l'inégalité inter-ethnique dépend pos- itively sur le revenu du ménage dans lequel le répondant a grandi po
Fichier principal
Vignette du fichier
Valfort.pdf (858.55 Ko) Télécharger le fichier

Dates and versions

pastel-00003566 , version 1 (23-07-2010)

Identifiers

  • HAL Id : pastel-00003566 , version 1

Cite

Marie-Anne Valfort. Ethical voting in various contexts of democracy: a contribution to the New Political Economy.. Political science. Ecole Polytechnique X, 2007. English. ⟨NNT : ⟩. ⟨pastel-00003566⟩
413 View
422 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More